Des morpions dans l’œil et autres légendes urbaines d’enterrements de vie de jeunesse

Bizutages grotesques ou cruels, infidélités, beuveries à l’issue tragique… Les enterrements de vie de jeunesse (EDVJ) sont auréolés d’une légende plutôt noire. On ne compte plus les films à la Very Bad Trip, dont l’intrigue repose sur les excès de ce rite qui précède le mariage.

Les légendes qui circulent à ce sujet traversent elles aussi les décennies. Elles ont su par exemple s’adapter à l’extension de cette fête masculine à la sphère féminine dans les années 1970/80. Transmises comme des récits de very bad trips, elles nous font rire par leurs détails scabreux ou les fantaisies de certains participants sous l’effet de l’alcool. Elles nous mettent aussi en garde contre les conséquences de ce rite – et les excès qu’il permet ! – pour l’union à venir.

Continuer la lecture de « Des morpions dans l’œil et autres légendes urbaines d’enterrements de vie de jeunesse »

Pourquoi a t-on cru aux « fake news » ?

La propagation de fausses informations pendant la campagne américaine entraîne aujourd’hui une polémique dont les médias se sont largement fait écho. Le fonctionnement de canaux tels que Facebook et Google aurait permis à ces fausses informations de rencontrer un public susceptible de les croire et de les diffuser. Et surtout, il aurait empêché les démentis de la presse traditionnelle et des sites de fact-check de leur parvenir.

Si la valeur principale d’une information pour l’algorithme de Facebook est l’intérêt de l’utilisateur (et non sa véracité), il ne faut pas manquer de nous poser ces questions : pourquoi croît-on de plus en plus les « fake news » ? Et qu’est ce qui a donné envie, dans le cadre de la campagne présidentielle américaine, au public d’y croire ? Continuer la lecture de « Pourquoi a t-on cru aux « fake news » ? »

Hillary Clinton et John Podesta accusés de pratiquer des rituels sataniques

Hillary Clinton et son directeur de campagne John Podesta sont accusés de pratiquer des rituels sataniques, suite à la révélation de nouveaux e-mails par Wikileaks. Un échange de mails entre Tony Podesta – le frère de John Podesta – et l’artiste Marina Abramovic mentionne bien une invitation à un « Spirit Cooking », mais il ne s’agit en aucun cas d’un rite satanique.

Continuer la lecture de « Hillary Clinton et John Podesta accusés de pratiquer des rituels sataniques »

Creepypastas, légendes et écritures du web

Légendes urbaines nées sur le web ou nouvelles formes de narration? Pour ce troisième dossier, Des légendes urbaines s’est intéressé aux creepypastas : ces récits terrifiants, d’origine anonyme et partagés comme vrais sur le web.

Que vous soyez ou non un enfant du numérique, vous avez sans doute déjà reçu ces messages étranges, par fax ou par mail, copiés et collés d’une source inconnue, vous annonçant de terribles représailles si vous ne les transmettez pas ou vous avertissant d’un danger.

Continuer la lecture de « Creepypastas, légendes et écritures du web »

Une version de Polybius, légende noire du jeu-vidéo, annoncée sur PlayStation VR

Le concepteur Jeff Minter – connu pour ses jeux et gadgets vidéo-ludiques psychédéliques et ses versions remaniées de jeux d’arcades – a annoncé sur PlayStation blog travailler sur une version de Polybius pour la PlayStation VR, le nouveau casque de réalité virtuelle de la PlayStation 4.

Un jeu fictif qui marqua la légende des jeux-vidéos, accusé de provoquer de graves malaises chez les joueurs… et objet de l’attention de mystérieux « hommes en noir ». 

Polybius : la légende

Continuer la lecture de « Une version de Polybius, légende noire du jeu-vidéo, annoncée sur PlayStation VR »

Légendes et imaginaire du SIDA

Le Sida est apparu à une période de l’Histoire où le monde occidental se pensait à l’abri des grandes épidémies. Il renverra, à cette époque, à ce que Susan Sontag a qualifié d’ère pré-moderne de la maladie dans son essai Le Sida et ses métaphores (1989). Engendrant une gamme apparemment illimitée de maladies symptomatiques pour lesquelles il n’existera que des palliatifs, le Sida se déclare effectivement au terme d’une longue phase asymptomatique durant laquelle les personnes infectées sont considérées comme malades avant de l’être. Il touchera dans les premiers temps des « groupes à risque », homosexuels et héroïnomanes, entraînant une marginalisation de ses victimes.

Frappant durablement l’imaginaire occidental, le Sida sera la « peste » de notre temps. Un fléau que certains interpréteront comme le jugement porté sur les individus d’une communauté corrompue, mais dont les conséquences seront subies par la masse.

L’impuissance de la science, l’apparition presque soudaine de l’épidémie – sans que l’on ne sache au début pourquoi elle ne semble atteindre que les homosexuels – formeront un terreau où prospéra de nombreux discours rumoraux et théories du complot tentant d’en expliquer l’origine.

Le Sida, en tant que « mal absolu » sera également intégré dans des motifs plus universels propres aux légendes urbaines, du « quotidien piégé » des fruits exotiques contaminés par le VIH aux « maniaques urbains », Aids Mary, Aids Harry et les junkies fous dissimulant leurs seringues dans les sièges des cinémas. Bien que la perception du Sida ait grandement changé avec l’amélioration des traitements proposés aux malades et une moindre médiatisation et visibilité de la maladie et de ses victimes, ces légendes continuent d’ailleurs de se propager, créant des mini-vagues de panique, des hoax sur les réseaux sociaux… Traduisant une peur, toujours réelle, d’une contamination « involontaire » ?

Nous verrons, au travers de ce nouveau dossier, que l’étude de ces rumeurs et légendes est une porte d’accès à la perception, dans l’imaginaire collectif, de l’épidémie du Sida et de son évolution, … de ses changements sociaux aussi.

Continuer la lecture de « Légendes et imaginaire du SIDA »

Rumeurs et réseaux sociaux, le cas des « clowns agressifs » de 2014

Phénomène récurrent en Angleterre et aux États-Unis, les paniques autour de la présence d’individus agressifs grimés en clown ont touché la France en octobre 2014. Jouant sur l’image du clown maléfique, personnage très présent dans la culture populaire et les légendes urbaines, quelques jeunes individus se sont effectivement amusés à effrayer les habitants de villes du Nord-Pas-de-Calais, d’Aquitaine ou encore du Languedoc-Roussillon.

Mais les rumeurs amplifieront grandement la portée du phénomène : pendant un peu plus de deux semaines, les villes de France auraient été envahies par les clowns. Le sujet sera abondement relayé dans la presse et à la télévision. Il fera l’objet d’analyses d’« experts » et d’universitaires.

Impliquant une population jeune et connectée, la « légende » naîtra sur les réseaux sociaux, au gré des prétendus signalements, photographies, vidéos et alertes, relayées par des « veilleurs ». D’abord centré sur le Nord-Pas-de-Calais, le phénomène s’étendra simultanément à des villes très diverses et fera naître cette question : la rumeur a-t-elle créée de nouveaux clowns agressifs ?

Nous vous proposons, à travers ce premier dossier, de revenir sur le phénomène  en observant de près le développement de la rumeur qui l’entoure, dans cet espace qui a joué un rôle d’accélérateur : le réseau Facebook.

Continuer la lecture de « Rumeurs et réseaux sociaux, le cas des « clowns agressifs » de 2014 »

Martine Roberge, De la rumeur à la légende urbaine

details_l97827637880121Aujourd’hui ethnologue à l’Université de Laval (Canada), Martine Roberge s’est largement consacrée à la rumeur et à la légende urbaine dans ses travaux. Sorti il y a quelques mois, De la rumeur à la légende urbaine réactualise une recherche qu’elle a mené pour son mémoire de master.

 

Votre livre « De la rumeur à la légende urbaine » est sorti il y a quelques mois. Il est une réédition revue et complétée d’un travail mené dans le cadre de votre master. Qu’est ce qui en tant qu’étudiante vous a, à l’époque, poussée à écrire un mémoire sur les légendes urbaines?

Continuer la lecture de « Martine Roberge, De la rumeur à la légende urbaine »