Polybius, légende noire du jeu-vidéo

Le concepteur Jeff Minter – connu pour ses jeux et gadgets vidéo-ludiques psychédéliques et ses versions remaniées de jeux d’arcades – a annoncé sur PlayStation blog travailler sur une version de Polybius pour la PlayStation VR, le nouveau casque de réalité virtuelle de la PlayStation 4.

Un jeu fictif qui marqua la légende des jeux-vidéos, accusé de provoquer de graves malaises chez les joueurs… et objet de l’attention de mystérieux « hommes en noir ». 

Polybius : la légende

Polybius est un jeu d’arcade prétendument sorti en 1981 et présent dans quelques salles d’arcades de la banlieue de Portland aux États-Unis, d’après les premiers éléments de la légende retrouvés sur Internet en 1998 d’après Know Your Memes. Les enfants qui ont joué à ce jeu furent victimes d’étranges troubles comprenant l’amnésie et de terribles cauchemars. Suite à cette expérience, ils auraient cessé brutalement de jouer à des jeux vidéos.

D’étranges hommes en noir seraient alors apparus dans les salles d’arcades pour collecter les informations présentes sur les bornes de Polybius. Identifiés à des agents gouvernementaux ils testaient, d’après les spéculations de la légende, les effets d’un algorithme de modification du comportement. Un mois après son apparition à Portland, le jeu disparaît.

La légende autour de Polybius a commencé à se répandre dans les années 2000, envahissant la culture nerd puis la culture populaire américaine. On retrouve ainsi Bart jouant à Polybius dans un des épisodes de la série The Simpsons en 2006 ! On retrouve également, depuis 2007, de nombreuses vidéos YouTube mettant en scène des parties du jeu vidéo « maudit ».

Un probable phénomène d’amplification

Si aucun élément ne permet d’authentifier l’existence du jeu Polybius, Brian Dunning relève cependant deux faits qui permettraient d’expliquer l’origine de cette légende.

En 1981, la presse rapporte le même jour et dans la même salle d’arcade de Portland, Oregon, le cas de deux adolescents saisis de troubles après avoir joué à des jeux-vidéos. L’un d’eux aurait joué à Asteroïds pendant 28 heures. Il tentait de battre son record face à des équipes de télévision locale, et aurait été pris de maux d’estomacs, dus à l’anxiété et à une consommation aiguë de Coca-Cola. L’autre aurait été saisit de migraines après avoir joué à Tempest. Des cas de crises ont également été rapportés dans la presse au début des années 80, aux États-Unis, provoqués par les jeux-vidéos chez des individus souffrant d’épilepsie photosensible.

Seulement une dizaine de jour après les troubles qui ont saisit les adolescents de Portland, les salles d’arcades de la région ont reçu la visite d’agents du FBI. Les « hommes en noir » prenaient en photo les tableaux de scores des bornes d’arcades. Ils étaient en réalité à la recherche de témoins dans une affaire de jeux-vidéos détournés en jeux d’argent par les propriétaires des salles d’arcades. Les salles d’arcades étant par ailleurs des lieux de recel de drogues et d’objets volés à Portland. Les autorités ont déjà utilisé, d’après Dunning, des bornes équipées de caméras cachées pour identifier des malfaiteurs.

Il est alors possible que le malaise de deux adolescents – micro-événement qui s’est trouvé médiatisé par la présence de journalistes – suivi d’une visite du FBI, ait donné suffisamment d’éléments pour créer une légende. Un phénomène d’amplification que Jean-Bruno Renard analyse dans Rumeurs et légendes urbaines (PUF, 2013). Les malaises et quelques cas de troubles chez des personnes épileptiques ont eu un fort impact émotionnel à une époque où les inquiétudes concernant les jeux-vidéos étaient essentiellement médicales. Le débat autour de leur violence était déjà présent, mais il s’est surtout accentué dans les années 2000.

Jean-Bruno Renard observe que « les peurs associées à une nouvelle technologie semblent émerger à un moment particulier de la vie d’un nouveau produit : la phase exponentielle ». Après la phase d’usage minoritaire, de plus en plus de consommateurs utilisent le produit, tout en s’interrogeant sur les dangers éventuels. Chaque nouvelle invention fait ainsi naître des « légendes noires » dénonçant leurs dangers. Et les risques sont largement exagérés. Du risque de crises chez des sujets épileptiques exposés aux jeux-vidéos, on passe ainsi à la croyance de jeux rendant épileptiques des individus sains.

En substance, la morale de la légende de Polybius – qui se greffe à un motif conspirationniste – est simple. Derrière un aspect ludique et innocent, les jeux vidéos parasitent la conscience des joueurs. Les « victimes » de Polybius arrêtent, d’ailleurs, tout contact avec les jeux-vidéos !

On peut cependant voir, dans la persistance et la diffusion de cette légende dans les années 2000 parmi les gamers, une fascination pour un motif récurrent des légendes internet et autres creepypastas. Celui de l’objet-hanté (image, vidéo, jeux…etc) provoquant la mort ou de graves conséquences sur le spectateur…

Minter promet une version psychédélique et méditative

Si Jeff Minter entretient la légende sur PlayStation blog, racontant sa troublante expérience de jeu en marge d’une game-expo, que les joueurs se rassurent. Il promet une version de Polybius répliquant les effets de « cette vieille légende », en « laissant de côté les choses négatives ». Un jeu « rapide » et « hyper-stimulant », reproduisant le « speed-rush » du jeu original, mais aux effets relaxants. Si aucune date de sortie n’est encore annoncée, le jeu était jouable ce week-end au Play Expo de Manchester en Angleterre.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *